Oceanvs Orientalis

In this universe
We process time linearly forward
But outside of our spacetime
From what would be a fourth-dimensional perspective
Time wouldn’t exist

And from that vantage, could we attain it
We’d see
Our spacetime would look flattened
Like a single sculpture
With matter in a superposition of every place it ever occupied

In this universe
We process time linearly forward
But outside of our spacetime
From what would be a fourth-dimensional perspective
Time wouldn’t exist

Me
Me, me, me, me, I, I
I’m so fucking important
I’m so fucking important, right?

See, we all got what I call a life trap
This gene-deep certainty that things will be different
That you’ll move to another city and meet the people that’ll be the
Friends for the rest of your life, that you’ll
See,

we all got what I call a life trap
This gene-deep certainty that things will be different…


That you’ll move to another city and meet the people that’ll be the Friends for the rest of your life
That you’ll fall in love and be fulfilled…


Fucking fulfillment and closure, whatever the fuck those two …Fucking empty jars to hold this shitstorm
And nothing is ever fulfilled until the very end
And closure, no, no, no, nothing is ever over

The ontological fallacy of expecting a light at the end of the tunnel
That’s what the preacher sells
See, the preacher, he encourages your capacity for illusion
And he tells you it’s a fucking virtue, I was about to be hanged doing that
There’s such a desperate sense of entitlement in it…
Surely this is all for me

Me
Me, me, me, me, I, I
I’m so fucking important
I’m so fucking important, right?

A méditer en âme et conscience 😉

Keep the smile ❤️

 

My beautiful smilers, comment allez vous en ce début de week end ?

Prêts à croquer la vie comme il se doit ? Transgresser les règles et convenances et surtout vibrer et pulser l’amour ? C’est bien tout le mal que je vous souhaite mes faiseurs de joie !

Ma plume me pousse aujourd’hui vers ma sœur Fabienne. Je l’aime incommensurablement et me sens bénie de l’avoir dans ma vie. Je sais, je dis cela pour tous ceux sur lesquels j’écris sur ce blog et c’est en cela que je suis reconnaissante à la vie. Quand on arrive à aimer et être aimé d’autant de magnifiques personnes, alors oui on est bénie (Gloire à l’éternel tout puissant 🙏🏽).

Alors qui est Fabienne ? Fabienne est ma sœur adoptive. Elle a également été adoptée spirituellement par notre père Serge qui s’est occupé de plusieurs petits africains en leur donnant une chance et un amour pour se réaliser et je peux l’avouer, elle est celle dont je suis le plus proche et de loin ^^

Pourquoi ? Tout simplement Parceque cette femme est un magnifique condensé d’humanité, d’humilité, de dévotion, de courage, de détermination et d’amour… Elle dégage une beauté et une intelligence bienveillantes qui se suffisent à elles mêmes, sans nul besoin de tonner bruyamment et inutilement. Je l’admire profondément et cela Parceque Dieu sait à quel point cette femme a souffert et n’a pas été gâtée sur le plan familial…

Je ne rentrerais pas dans les détails car c’est son histoire et cela relève de son intimité mais je fais référence à elle car elle m’a inspirée par la merveilleuse façon d’assumer son passée et d’en faire une force au lieu de se laisser assommé par celle-ci. Fabienne nous enseigne que les faits de notre passé sont souvent indépendants de notre volonté tel notre contexte familial mais cela n’a pas à nous définir pour l’avenir! Vous avez toujours le choix de vous laissez définir par ces événements ou de les accepter et d’en faire la force motrice qui vous propulse et catapulte au delà de tout. Une sorte de transmutation pourrait- on dire par analogie. Transformer l’énergie négative qui nous opprime, nous comprime et nous oppresse en une énergie positive d’affirmation de soi dans la motivation, la positivité et l’amour! Ce que vous faites de vos peines et souffrances, vous revient mais vous définit toutefois …!

Elle m’a envoyé un texte suite à un évènement des plus douloureux de sa vie et la réponse qu’elle a souhaité y donner. Avec sa permission, je la partage avec vous afin qu’on en tire chacun un enseignement et croyez moi celui ci est juste sublime! Je l’ai personnellement trouvé plein de sens et de sagesse…

Rappelez vous toujours quand vous êtes submergés par l’obscurité, qu’elle n’est pas votre ennemie. c’est votre façon de répondre à l’obscurité et d’y réagir qui définit votre perception de qui elle est en relation avec vous : énemie ou salut …

Je sais, plus facile à dire qu’à faire quand on se trouve dans l’œil du cyclone mais j’y crois de toute mon âme : Vous êtes et serez toujours maîtres de votre destiné selon la façon dont vous en viendrez à gérer les stimulus extérieurs qui vous tombent dessus. Vous pouvez décider de subir la vie ou alors la recréer selon votre vision et état d’esprit.

Allez je vous laisse à présent découvrir ce magnifique texte de Fabienne. Je vous garanti que vous allez adorer sa sublime plume 😉

Si je pouvais revenir en arrière … tant de choses que je changerais.. si je pouvais Revenir en arrière , je serais une petite fille adorable et modèle pour ma mère , je l’aimerais encore plus fort sans contrepartie , je serais plus compréhensive et je ne la jugerais pas… car enfant, on est intransigeant sans s’en rendre compte et on croit à tord qu’on à droit à tout sans compromis …Si je pouvais revenir en arrière, je changerais de père …

Si je pouvais revenir en arrière, je choisirais mieux mes amitiés tant j’en ai ressenti de la douleur. Si je pouvais revenir en arrière, je choisirais mieux mes amours tant j’ai en souffert. Si je pouvais revenir en arrière, je changerais le monde, ces personnes superficielles, insipides, méchantes, horribles qui ont le mal incarné dans le cœur.. Je les transformerais en personnes sensibles, aimantes, empathiques, sages et profondes …Si je pouvais revenir en arrière, je garderais aucune rancune …

car je me rends compte que le temps passe inexorablement, fatalement et si vite …qu’en un clignement de cils, on ne se rend même pas compte que tout pâlit et disparaît horriblement et rapidement … Au point qu’on aimerait trouver la formule magique pour le suspendre et revivre à l’infini les meilleurs moments de sa vie .. Si je pouvais revenir en arrière , je vivrais intensément chaque moment de ma vie sans retenue, j’aimerais intensément, je pardonnerais davantage, je ne me préoccuperais plus des futilités humaines contre-productives et je serais sans rancune …Hélas ..Aucune formule magique me ferait revenir en arrière .. Terrible cette réalité lorsqu’on s’en rend compte.. Des regrets, des fantasmes inaccomplis…Ce goût délicieux d’amertume, ce goût d’inachevé au point que l’on se réfugie dans des réalités parallèles, des rêves inavoués…Mais comme un flash, un éclair, une illumination me parviens ..

Toutes les erreurs et toutes les souffrances font de moi la meilleure version de moi-même dans le présent … Alors je les accepte comme partie de moi .. Et si je ne peux revenir en arrière , je peux décider de mieux faire les choses à venir… Je veux vivre intensément chaque jour au point d’être atteinte de Borderline, je veux vivre sans amertume et sans rancune, je veux pardonner plus facilement, Je veux aimer sans retenue et sans trop de questionnement, je veux dire plus souvent, tous les jours de ma vie aux personnes qui comptent pour moi que je les aime sans en avoir honte, quelle que soit leur réponse, sans aucune attente spéciale au point qu’elles me prendront pour une folle -Nous sommes atteints tous d’une certaine manière de folie à bien des égards- enfin… Je veux vivre comme si c’était mon dernier jour … Je choisis l’audace et le courage pour une vie plus intense quand bien même moins longue et même si mes ailes doivent se consumer …je préfère qu’elles se consument dans l’amour et la beauté -des sentiments divins, tellement miraculeux et mirifiques qui peuvent faire renaître tout chose morte..

Je veux tout ressentir car la vie disparaît inexorablement et fatalement. Vivre intensément..car quand c’est la fin, il y a plus de possibilité de retour …j’accepte cette vie .. elle libère éperdument.

Enfin.. c’est juste moi..

Cest mon état psychologique

Du moment. Ca pourrait changer. Enfin .. Ca Ma fait du bien d écrire.

Je t aime fort Ma koumba

Merci d’être là

AMEN ma Fifi d’amour, je t’aime à en crever et n’oublie pas que je suis et serai toujours là pour toi 🙏🏽❤️❤️❤️

Votre koukou bien aimé

Gloire à dieu 🙏🏽

Hello mes smilers 😊

On dit souvent qu’on ne perd jamais son âme d’enfant. Car cette âme n’est alors qu’amour pur, innocence, émerveillement et joie…Nous venons donc au monde parfaits.

Si quelque part en vous, vous êtes en questionnement sur le sens de la vie, la nature humaine qui n’arrive justement pas à faire sens pour vous, écoutez cette magnifique histoire et certaines choses vous apporterons des éléments de réponse🙏🏽


The little soûl and the sun

La petite âme et le soleil

Un magnifique conte qui parle à notre enfant intérieur et qui donne un sens à la vie …

Bon visionnage et gloire à dieu 🙏🏽

Hello mes amoureux de la vie et de ses challenges 😊

Cette phrase est mièvre…N’est-il pas?^^

Je le sais mais si je vous le bassine à longueur d’articles, c’est parce que je suis persuadée que mêmes les germes d’un désastre dans la vie sont des occasions d’apprendre et de se renouveler en permanence. On vit, on apprend, on évolue constamment…Puis vient un jour béni où on fini par rire de nos malheurs qu’on pensait pourtant insurmontables à l’époque. Ainsi est la vie. Il y’a du beau, du sourire, du laid, du triste, du désespoir, de l’amour, dans un cycle infini qui fini par définir qui nous sommes en relation avec notre gestion de ces événements 😉

Je souhaitais aborder un nouveau sujet aujourd’hui car il fait écho à la souffrance de beaucoup de personnes de manière générale et particulièrement beaucoup d’amies proches. Cette souffrance fut également la mienne à une époque, aussi je ne la comprend que trop bien. C’est la peur d’être seule…On peut trouver plein de qualificatifs pour décrire ce qui ne va pas au sein d’une relation et elles sont nombreuses mais quand on y reste malgré tout, elle est principalement liée à la peur d’être seule. Toutes les raisons qu’on invoque pour justifier cela sont plus ou fonction de cette peur primale ( les enfants, l’appart acheté, etc…)

De cette peur, va donc naturellement découler beaucoup de choses telles que rester dans un couple alors que la plénitude et la complétude sont se sont progressivement effacés en lieu et place d’un désenchantement, une aigreur, une lassitude…Bref, une insatisfaction associant plus ou moins d’autres états d’âme en fonction de l’état général d’évolution de la relation.

De cette peur va souvent également découler la perte d’estime de soi en acceptant tout afin de n’y être pas confrontée…

Et pourtant votre salut et votre bonheur sont dans le dépassement de cette peur…Et oui tellement facile à dire qu’à faire n’est ce pas ? Exposé ainsi cela parait si simple et pourtant moi la première peux certifier que ça l’est pas. Loin de là…

Après mon divorce d’avec mon ex mari et la trentaine déjà bien entamée, j’étais tétanisée à l’idée de jamais trouver chaussure à mon pied et encore plus du click de l’horloge biologique tournant lentement mais inexorablement. Engourdie de peur à cette perspective peu radieuse de ce que je considérais comme le puzzle manquant à mon accomplissement personnel, me voilà partie à l’époque à la croisade de la recherche de ma moitié…

Je pourrais vous sortir milles et une anecdotes quant à toutes les péripéties que cela a engendré mais si vous demandez à une de mes meilleures amies Lesly, elle se contentera de vous dire que le résultat n’était pas glorieux et c’est peu dire …^^

Je me noyais à la suite, dans un cas plus désespéré que le précédent et embourbée dans ma quête frénétique à l’époque, je ne comprenais pas pourquoi et comment j’enchaînais autant d’échecs sur ce plan. J’étais intelligente selon la norme, plutôt jolie (de ce qu’on m’a dit ^^), éduquée avec de la conversation et des valeurs …Alors pourquoi ça coinçait ??

Je peux y répondre de manière parfaitement claire aujourd’hui : inconsciemment ma recherche était guidée par toutes les peurs que je vous ai cités plus hauts. J’en venais donc à transmette « un vibes » de désespérée car il ne s’agissait plus de ce que je voulais réellement et correspondant à tout mon idéal si je n’étais pas dans cette situation où je me sentais acculée. Mais ce qui ferait l’affaire, donc tout ce que j’étais prête à sacrifier pour éviter à cette peur de se concrétiser. Et laissez moi vous dire une chose, quand vous chercher une personne sur la base de ces critères ou rester même dans la relation sur la base de cette peur, vous n’en pourriez qu’être inévitablement insatisfaites. Ce que vous faite, c’est dire et transmettre inconsciemment à l’autre(et croyez moi, ils le perçoivent, même sans vos dires) que vous êtes incomplètes d’une part mais d’autre part, ne vous aimez pas suffisamment pour accepter ce que vous n’auriez jamais accepté à circonstances optimales…

Posons deux secondes, une question existentielle : quel est le but d’une relation ? C’est fondamental pour la suite. A mon avis et ça n’engage que moi, mais la réponse se trouve en deux choses : le plus simple et évident, le bonheur et le second, plus subtil à assimiler, quelqu’un avec qui vivre et partager sa complétude… J’insiste sur le fait qu’il ne s’agisse pas de quelqu’un qui pourrait nous compléter comme si sans lui, nous n’étions pas assez mais sur le fait de PARTAGER sa complétude avec quelqu’un d’autre. C’est un léger distinctif mais cela change la donne complètement pourtant …

Quand vous entamez une relation en recherchant quelqu’un pour vous compléter, vous partez sur le principe que vous n’êtes pas assez, vous ne pouvez et n’avez jamais été heureux avant cette personne. Et donc vous lui léguez une lourde responsabilité. Celle de l’unique personne à garantir votre bonheur et bien-être…Cela passera un moment, au début de la relation, puis viendra le moment où il n’en puisse plus, où il ne peut plus compléter l’image que vous vous faites de lui, les rôles auxquels il a été assigné. Le ressentiment monte, la colère suit car cela est bien une trop lourde responsabilité avouons nous le. Finalement, il va abandonner et commencer à réagir selon ses besoins et désirs, ce qu’il est véritablement et non le rôle que vous lui avez assigné et c’est à ce moment que vous diriez : « Il a changé… » quand il vous montre juste qui il est sans le poids de la responsabilité de votre bonheur.

Vous avez essayé cette formule plusieurs fois et ça n’a pas et continue de ne pas marcher. Et si vous essayez une autre façon ?? Celle d’abord de vous aimer, de vous compléter, de voir de la valeur en vous et ne pas faire dépendre votre bonheur de quelqu’un d’autre que vous même …?

C’est un stade difficile à atteindre mais pas tant que ça. Vous avez des amis, une famille, une ou des passions….Vous aviez l’habitude de rire avec éclats avant, avec ou sans mec, de lâcher prise et profiter des bonheurs simples de la vie avec vos amis ou entourage : restau, voyages, musique, danse, lecture , sport, et plein d’autres…Que sont ils devenus ? Ils faisaient votre bonheur pourtant avant. Méritent ils d’être sacrifiés sous l’autel unique de la recherche d’un autre qui viendra vous sauvez du marasme de votre vie ?

Entendez moi, je ne suis pas en train de dire que rechercher un partenaire de vie est vain. Non, c’est la plus belle chose qui soit, mais uniquement quand cette quête repose sur les meilleures intentions : celles de réaliser que nous sommes un être à part entier et complet qui trouve un terrain de partage et de bonheur avec l’autre et non celle de la peur incompressible d’être seule, poussant à vouloir s’accaparer et retenir l’autre coûte que coûte. A accepter et se contenter de l’inacceptable, sans oublier celui de lui mettre une pression énorme de nous rendre heureuses car visiblement, on y arrive pas toutes seules ? Est ce vraiment tout ce que l’on vaut? Ce à quoi nous sommes réduites ?

En atteignant ce état, vous envoyez une vibration, un message clair à l’autre qui lui fait faire des efforts pour vous garder et vous rendre heureuse car il a conscience qu’il n’est pas indispensable, juste voulu …

Tout se fera naturellement car il n’aura pas la pression d’avoir un rôle à jouer, d’avoir à lui seul, la responsabilité de vous rendre heureuse. Vous vous retrouverez naturellement à mi- chemin car vous ne seriez pollués ni l’un, ni l’autre par aucune peur mais, uniquement l’envie de vous épanouir ensemble.

Prenez conscience de qui vous êtes mesdames, de ce que vous avez accompli, de vos batailles, de vos réalisations, de votre valeur et vous n’accepterez plus rien en dessous…

Vous êtes magnifiques, faites d’une somme d’expériences aussi tumultueuses que belles, alors merde, on relève la tête, on s’aime, on s’assume et on se fait toujours passer en priorité!

Si vous n’y arrivez pas, c’est pas grave, prenez votre temps et un jour, vous vous verrez comme je vous vois moi!

Si après tout cela, une relation ne vous convient vraiment plus, choisissez vous et partez car vous le méritez, cet autre bonheur!

Votre Koumba bien aimée 🙏🏽❤️

Hello mes smilers, mes amoureux de la vie, vous qui y voyez de la beauté, du sourire et de l’amour dans toutes les nuances de sa densité, oh combien si lourde souvent…Je vous salue, dire que je suis contente de vous retrouver après presque 3 ans de silence est bien en deçà de ce que j’appellerais un euphémisme … 😊

J’ai tant à vous dire, tant à vous raconter que je ne sais par quoi commencer dans cet océan de fébrilité bienheureuse et transcendante qui est le miens en ce moment.

Je vais faire simple et ne pas réfléchir à l’avance à ce que je vais écrire comme j’en avais l’habitude et laisser faire la spontanéité du cœur et de l’amour…Aussi, si vous ne l’aviez pas déjà compris, ce billet a vocation à me livrer entièrement à vous en toute simplicité, authenticité et amour au travers du récit d’un événement catalyseur qui a redéfinit ma vision du monde, ma vision de moi même et ma vision complète de la vie ..D’où le terme de renaissance. La plus belle, la plus magnifique , la plus apaisante qui soit …C’est comme si je vivais aujourd’hui en harmonie parfaite avec tout, en extase et en paix totale. Cette paix, qui n’a et n’aura jamais de prix, je l’ai recherché toute ma vie entière sans jamais la trouver avant ce moment et je ressens au plus profond de moi même une profonde gratitude et donc par conséquent, le besoin de le partager avec d’autres en espérant que ça aide, inspire ou ouvre la voie pour d’autres afin d’atteindre ce qu’à ce jour, je considère comme le graal, le nirvâna, la cessation de la souffrance et l’unité avec tout.

A ce stade vous vous demandez ce à propos de quoi je suis en train de faire toutes ces élucubrations …Ma réponse est divinement simple : l’amour et la compréhension du sens de la vie…Et par là même, l’extinction de la souffrance et l’acquisition de la paix intérieure. N’y voyez là aucune prétention, je ne suis point ici pour vous enseigner quoique ce soit mais juste partager mon expérience avec vous 🙏

Pour mieux saisir mon expérience , commençons déjà par le pourquoi j’avais initialement entamé ce blog pour finir par l’abandonner avant de revenir encore une nouvelle fois (et cette fois pour de bon ) vers vous au travers de mes écris en ce jour.

Quand j’ai commencé le blog Spreadthesmille, cela partait d’un double sentiment à l’époque : l’un noble en vous exposant mon idéal en termes d’expérience, d’amour et d’acceptation de l’autre comme unique sentiment mais inconsciemment et insidieusement un autre sentiment moins désintéressé , celui de vous déclarer mon amour en espérant avoir, sinon renforcer le vôtre à mon égard au travers de cette déclaration. Oui, Voilà le grain qui a pourri et perverti cette belle démarche : une certaine forme d’attente, l’attente d’un retour de ma part alors même que je clamais l’inverse …

Je ne suis point en train de dire que j’ai péché Parceque mes attentes n’ont pas été à la hauteur, elles l’ont été, toutes les belles personnes sur lesquelles j’ai écrit sur ce blog m’ont et continuent de me donner un amour merveilleux. Ce que je dis c’est que mon intention de départ, indépendamment du résultat, était déjà pervertie par une attente, une forme de rétribution à cette forme de louange que je leur faisais et c’est en cela que j’ai péché …

Pourquoi cela ? Et bien parce-que malgré tout ce que j’avais et croyez moi, j’avais (et j’ai) tout ce que l’on puisse désirer en ce monde (un diplôme de haut niveau, un revenu plus que confortable, donc aucun souci d’argent, un petit ami aimant, merveilleux qui m’a attendu et aimé même lors de crises et turbulences principalement de mon fait , propriétaire d’un appart, un fils beau, heureux, en bonne santé, un père aimant, une amoire rempli de basket et escarpins de marque, des sacs de luxe, des vêtements de toutes sortes dont beaucoup jamais portés même, des amis de tous bords , aimants et bienveillants, des voyages partout dans le monde …), j’en revenais toujours et encore à ce sentiment d’angoisse du lendemain, de perdre tout ce que j’avais acquis un jour et revenir à la pauvreté initiale de la petite africaine que j’avais un jour été …Un sentiment constant de manque, de stress et d’angoisse. L’extérieur était mon ennemi, j’étais en combat et lutte permanent contre tout, moi même, l’autre et tout ce qui m’entourais avec un stress qui vivait et était partie prenante de moi et ce malgré toutes mes réalisations et acquis.

N’étant pas satisfaite par le peu d’adhérence extérieure à mon initiative d’entamer un blog sur l’humain, le sourire et l’amour à l’époque, l’ego immense et débordant que j’étais s’en est offusqué, me poussant à abandonner ce que mon âme et ma plus profonde croyance intérieure me hurlaient depuis tout le temps. Eh oui d’où encore une fois, le rappel de mon péché originel, l’attente d’un retour qui a engendré toute la souffrance évidente dans la suite….

Mon référentiel de valorisation ayant été projeté à l’époque dans le regard de l’autre, vers l’extérieur, il était évident encore une fois que je viendrais en manque vers l’extérieur même si à l’époque je ne comprenais pas pourquoi … Ce référentiel n’était pas mauvais car il m’avait été inculqué par mon vécu, cette incarnation : la somme de mon éducation, mes ressentis, mon mental jusque là.

Mais il ne correspondait pas à mon entièreté, la plénitude et paix intérieure de moi même que je recherchais désespérément au delà de tout. Car à l’évidence, il y avait toujours ce manque et cette souffrance et ce stress indéfinissables que rien ne semblait atténuer…

D’où est venu le salut me demanderiez vous ? Pas en un instant je vous répondrais mais par un long processus de remise en question de tout ce que je pensais savoir et qu’on m’avait enseigné sur la vie et mes croyances, une descente vers les questions existentielles profondes que la plus part du temps, pour la majorité d’entre nous, trop occupés et obnubilés par les exigences du quotidien et la vie à vitesse grande V comme on le vit, qu’on met de côté.

J’avais décidé d’arrêter la finance dans laquelle je travaillais depuis 10 ans pour me consacrer à une entreprise qui me reflétais plus en termes de parcours et de valeurs: une entreprise qui réconciliait l’Afrique et l’occident en termes de commerce équitable. Aussi travaillant pour moi même sur cette start-up, j’avais beaucoup de temps pour m’appesantir sur le pourquoi du comment de mon mal être alors que je semblais avoir tout… Aussi j’ai commencé à regarder des vidéos de crimes, de meurtre quand je travaillais pas sur mon projet , étant comme fascinée par le pire de l’être humain…

Puis de fil en aiguille des vidéos sur Youtube de réincarnation avec des enfants de 5 ans prouvant avec certitude des faits antérieurs à leurs vie qui ne pouvaient être de l’ordre de l’imaginaire ou du fantasme, puis d’expériences de morts imminentes, avec des décorporations et rencontres avec l’énergie créative, celle de l’absolue et de l’amour inconditionnel…

Mon esprit rationnel, lié au plus pur cartésien (Master en analyse financière) me demandait de trouver une explication scientifique à tout ça et c’est ce que je fis … et classa le sujet sous le coup de mes élucubrations passagères. En gros j’estimais avoir des problèmes de riches, vous savez quand tout va trop bien et que vous avez le temps de réfléchir un peu trop ^^

Mais toutefois, j’étais intriguée et lors d’une discussion avec l’une de mes meilleures amies, Ève, je décida de lui exposer le fond de ma pensée sur tout ça en espérant clore mentalement ce sujet. Je lui dis, contrairement à toi (elle est athée), je crois en Dieu! Au plus profond de moi je sais qu’il existe une force, énergie, entité, peu importe le nom qu’on lui donne qui existe et est à la base de toute la création. Mais parcontre, je suis en conflit intérieur car quelque chose me dit au plus profond de moi que si cette entité existe, elle ne peut être qu’amour parfait et pardon. Mais alors dans ce cas, comment expliquer tout ce que les religions m’ont enseigné sur le paradis et l’enfer…? Je suis tétanisée de peur à l’idée de l’enfer car Dieu sait oh combien j’ai pêché… Si donc je croyais aux religions, j’etais mille fois vouée à un éternel enfer de souffrance et de damnation et ceci ne correspondait pas à mon idéal d’un dieu amour, pardon et bienveillant. Je suis tout sauf masochiste ne déconnons pas ^^

Mais si on était également dans le cas du dieu amour bienveillant et pardon, qu’en est il de tous ceux qui violent, blessent, font souffrir les autres ? Qu’en est il de la justice divine alors ?? N’existe t-elle pas ? Pourquoi devrions nous aller en enfer pour un choix que Dieu lui même a placé devant nous? S’il voulait pas qu’on choisisse le mal, pourquoi l’avoir proposé dans le menu pour ensuite nous punir d’avoir choisi à un moment donné, ce choix qu’il nous offrait ?? Bref j’étais dans une impasse encore une fois!

Au fond de moi se faisait entendre une réponse :  » la religion nous indique la direction, la spiritualité, nous permet de faire le discernement et questionner le chemin indiqué. Mais la réponse est en nous, notre conscience, ce grand moi qui sait la différence entre le mal et bien, même sans religion a la réponse … »

Mon ami Eve me répond dit « Mais pourquoi as tu besoin de savoir tout ça, en quoi est ce si important ? »

Je lui répondit : » Ça l’est, parce que j’aimerais comprendre pourquoi, moi parmi des millions d’africains souffrant, et espérant une aide, ait eu la chance incroyable de tomber sur mon père adoptif qui a bien voulu m’aider, m’aimer comme un véritable père. Et payer toutes mes études jusqu’au point de cette réussite fulgurante que j’ai aujourd’hui par rapport à tout ce à quoi la vie me prédestinait ? Pourquoi moi parmi tant d’autres ? Il doit y avoir une explication logique, qui me permette de donner un sens à tout ça afin de tout simplement trouver un sens à ma vie et la suite que j’aimerais lui donner … »

Et c’est à partir de là que tout sort tout simplement de l’ordinaire et que sans aucun doute, vous me catalogueriez de barge ! lol

Après cette soirée et conversation hautes en débat spirituel avec mon amie Eve, je vais me coucher et là je fais mon premier rêve que je qualifie à l’époque de sans queue ni tête car dans ce rêve, une voix me ressort un souvenir de mon passé en m’expliquant que j’ai n’ai eu aucune chance dans la rencontre avec mon père adoptif mais j’aurais plutôt invoqué et manifesté cette réalité en y pensant constamment et en y croyant dur comme fer …

Ce souvenir c’est ma mère qui me dit que si on récite un verset coranique 1000 fois, tout ce qu’on demande serait réalisé et donc on peut le considérer comme acquis. Fantaisie ou réalité ? J’y crois de toutes mes forces du haut de mes 12 ans et part dans l’obsession de le réciter 3000 fois. Et effectivement après je suis persuadée que je réussirais dans la vie et serai riche.

Donc je résume, dans mon rêve une voix me dit que c’est la force en cette croyance qui a attiré une énergie similaire pour la manifester dans ma réalité au lieu de la chance comme je le crois…

Je fais ok, ça me monte sérieusement à la tête toutes ces conneries qui n’ont pas de sens.

Le lendemain, une sieste pendant après laquelle je me réveille avec une phrase claire limpide mais qui ne fait aucun sens et que je n’arrive pas à oublier :  » la lumière est avec moi, la lumière est en moi, je suis la lumière …

A ce stade de toute cette masturbation métaphysique, je décide de prendre un vol vers Abidjan le 14 février que je planifiais depuis un moment dans le cadre justement de ce nouveau business que je suis en train d’entreprendre et après une autre vidéo YouTube où j’essaie de donner un sens à tout ça, apparaît constamment une pub sur un livre : « conversation avec Dieu de Neal Donal Walsh »

Je précise que je n’ai jamais lu ce livre auparavant et n’ai quasiment jamais flirté avec ce qu’on appelle la spiritualité.

Ce livre comme par hasard en le tapant sur Google est disponible en pdf gratuitement, aussi je décide que je n’ai rien à perdre en le téléchargeant et en tuant par la même occasion une partie de mes 6 heures de vol d’ennuis…

Rien, je dis bien absolument RIEN ne m’a préparé à ce que j’ai vécu ce 14 février, jour de l’amour, à je ne sais combien de milliers d’altitudes de la terre.

J’ai ouvert ce livre sur mon iPad, et exactement tout ce que cette voix m’expliquait dans mes rêves était dit dans ce livre! Le fait qu’il n’y avait pas de chance mais que nous créons et manifestions la réalité par le pouvoir de notre pensée, la communication par triade, le language de la trinité (la lumière est avec moi, la lumière est en moi, je suis la lumière …)… C’était comme si on m’avais parfaitement préparé et guidée à lire cet ouvrage à ce moment précis là. J’avais l’impression que chaque mot m’était particulièrement destiné !

A ce moment s’est passé un phénomène que je pourrais difficilement expliquer avec des mots : comme une digue qui se rompt, comme un aveugle qui voit le soleil pour la première fois… une extase pure et indescriptible accompagné de pleurs de joies et de béatitude. Comme si enfin le puzzle se remettait en place et tout s’accordait. J’ai pleuré pendant 3 heures sans pouvoir m’arrêter car je n’étais qu’amour pur à ce moment, unité avec tout, absolument tout, l’autre c’était moi , compréhension parfaite de la vie et en même temps paradoxalement, anesthésiée de tout …indescriptible !

En lisant le livre, j’ai compris que je venais enfin de me rappeler qui j’étais…Non un corps vivant une expérience humaine, mais un esprit, la lumière vivant une expérience humaine afin de réaliser l’idée la plus parfaite d’elle même : l’amour inconditionnel. L’enfer n’existe pas car Dieu est amour et pardon et aussi parce que la dualité (le bien et le mal ) ne sont qu’une illusion (l’obscurité est nécessaire pour choisir la lumière, comment pourrions nous être ce que nous sommes, la lumière, si nous ne savons pas ce que nous ne sommes pas? L’obscurité )

Nous sommes pures lumières et énergies et créons et manifestons notre réalité par la pensée. Chaque action humaine est dictée soit par l’amour soit par la peur. La peur est la pensée racine, contraire de l’amour engendrant toutes les autres émotions négatives. N’ayez donc pas peur …Ce que vous craignez le plus, vous le manifesterez dans votre réalité.

J’ai compris qu’il y avait un sens à la souffrance ou ce que l’on qualifiait de mal, même si je suis passé au delà de cette dualité…

Je vous pardonne si vous me prenez pour une folle à ce stade, j’ai moi même pensé la même chose au début mais si cela, ce sentiment ultime de paix, d’amour, d’unité et sérénité est la définition de la folie, alors je l’embrasse avec joie!!

L’histoire s’arrêterait là et me ferait peut être questionner mon état mental si ce qui n’avait pas suivi n’était pas encore plus merveilleux : les synchronicités!

J’arrive à Abidjan, je me pose une question et la réponse me parvient au travers de paroles de chansons dans ma tête ou panneaux publicitaires, je pense à quelqu’un avec qui je veux me réconcilier et il vient à moi comme s’il avait eu un coup de fil de ma part, les signes s’accumulent et me viennent constamment sur mon projet, ma vie, tout! Je vibre l’énergie pure de l’amour et la paix intérieure ☺️

Je pardonne à tous et a moi même, car je comprends qu’il n’y avait vraiment rien à pardonner au fond car comment décider de choisir la lumière si on ne vit pas l’obscurité en premier lieu ? Et cette obscurité c’est nous qui la choisissons afin de pouvoir être la lumière par la suite…Quand tout est un choix, même inconscient, à qui en tenir rigueur?

À cela s’ajoute la clairaudience qui se développe avec l’oreille gauche qui passe en acouphène du jour au lendemain avec comme l’entente d’une fréquence vibratoire et des chants d’oiseaux. Je me réveille systématiquement toutes les nuits à 5h du matin et j’en profite pour prier …

Je passe mes journées entre extase, paix intérieure, amour profond et béatitude. Je ne connais plus la peur. Je n’ai même plus peur de la mort car je sais que c’est juste un passage, l’âme, notre moi supérieur étant un être divin, est immortel et éternel …Dorénavant, je ne m’identifie plus à ce corps uniquement, je ne m’identifie plus à l’ego, je suis un être de lumière et d’amour…Comme cela m’a été si bien dit pendant mon rêve, JE SUIS LA LUMIÈRE, NOUS LE SOMMES TOUS 🙏

Je vis constamment en sachant cette joie, cette chance, cette bénédiction et dorénavant, je sais la mission de ma vie : faire de ce blog plus que des mots, mais une ONG pour aider l’Afrique et tous les pauvres, le refuge des pauvres! Le phare dans l’obscurité pour tous ceux qui ne se rappellent plus qui ils sont mais sont éternellement aimés…Et cette fois dans un amour inconditionnel pur sans jamais rien attendre en retour! 🙏❤️❤️❤️

Merci de m’avoir lu, entièrement nue et vraie face à vous 🙏

Même si vous ne me croyez pas et me jugez, sachez que ce n’est pas grave, je vous aime de toute mon âme. Si votre destination est Dieu, soyez rassurés, il est si grand que vous ne sauriez le rater, même si pour cela il vous faudra plusieurs incarnations : il est la destination finale et cette destination n’est qu’amour inconditionnel, bonheur, paix, joie, compassion et gratitude!

Gloire à dieu 🙏

Ce type d’infidélité provoque des dommages beaucoup plus importants que ceux provoqués par les relations extra-conjugales.

C’est à ce moment-là que vous vous êtes endormi, très précisément une demi-heure avant que votre réveil se mette à sonner. Vous ouvrez les yeux et votre esprit se met en cavale. Réunions, conférences téléphoniques et les délais de projets approchent.

Pourquoi y-a-il toujours tant à faire et jamais assez de temps pour le faire?

Vous saisissez votre téléphone et faites défiler les notifications pendant que vous vous dirigez vers la douche, à peine réveillé. Sachant que votre compagne n’est pas encore levée, vous lui envoyez un message: « Bonjour chérie. Je te souhaite une merveilleuse journée. »

Ce texte a deux fonctions: Vous voulez qu’elle sache qu’elle est la première pensée qui vous vient à l’esprit. Et plus important encore, elle doit réaliser que malgré votre emploi du temps chargé et les journées stressantes que vous subissez, elle est votre priorité.

Tout cela semble si parfait, mais ce n’est pas la réalité.

Au lieu de cela, vous allez vous connecter sur Instagram ou Facebook, vous plongeant dans la vie de tout le monde, et peut-être, peut-être seulement, vous enverrez ce texte à votre femme sur le chemin du travail.

Les relations de nos jours manquent d’orientation. Les gens « se fréquentent »; mais qu’est-ce que cela veut dire au juste? Est-ce que cela veut dire se voir deux fois par mois? S’envoyer des messages toute la journée? S’embrasser ici et là?

Quelque chose manque. Donc, qu’est-ce qui cause la dégradation de ces relations?

Les relations prospèrent dans la communication. Nos émotions les plus intimes sont réservées à la personne que nous aimons, alors comment est-il acceptable de ne jamais lui en faire part?

Nous avons accepté tant de choses tout à fait inacceptables: s’assoir à table avec notre téléphone, se disputer à propos d’un message, publier chaque minute de notre vie sur les réseaux sociaux.

Savez-vous ce que tout cela a préséance sur l’autre? Cette société est devenue une pratique admise en matière d’infidélité, où chaque jour nous avons de plus en plus de personnes qui se trompent.

Quand vous pensez à l’infidélité au sens classique, ce sont les relations extra-conjugales qui viennent à l’esprit.

Une situation intime dans laquelle la personne que vous aimez a une liaison directe avec un autre pendant que vous continuez à faire vos activités comme avant, avec des habitudes de compassion et d’amour envers lui/elle. Et une fois que vous le constatez, toute la confiance est perdue.

Mais réfléchissez à ce concept un instant.

Le dictionnaire définit le terme infidélité comme la privation de ‘quelque chose de précieux par l’utilisation de la tromperie ou de la fraude

Dans les relations modernes, nous sommes quotidiennement infidèles

Bien évidement, cette relation extra-conjugale est une tromperie et peut être très nuisible dans tous les cas, mais avez-vous jamais pensé à l’infidélité quotidienne au sein de votre relation?

De même avec vos amis ? Pour le peu qui prennent de vos nouvelles, combien n’ont rien envie d’entendre, à part le « Ça va  » salutaire qui leur libèrent de la charge du bon ami prévenant…Et gare à vous si vous vous épanchez sur vos nombreux tourments intérieurs qui alourdissent encore plus le filtre de merdes intérieures qu’ils ont eux mêmes à gérer…

Le « salut ça va ? » Devient le minimum syndical permettant de se donner bonne conscience et on y joue très bien chacun 😉

Nous faisons l’expérience d’un manque de communication, d’attention, de passion, d’intimité et même, d’un manque d’amour. Pourquoi agréons-nous à cela et tous les raccourcis de communication qui sont devenus si communs?

Ce type d’infidélité provoque beaucoup plus de dégâts que ceux provoqués par les relations extra-conjugales.

Vous avez donné votre cœur à quelques personnes et les aimez jusqu’au dernier os de votre corps, mais vous devez mendier pour leur attention. Vous asseoir et regarder ces personnes afficher des mises à jour de statut, publier des photos inutiles pour que les gens puissent y mettre des commentaires.

Pour le couple, peut être devriez vous prendre un instant pour lui dire qu’elle est belle. L’appeler après le travail pour lui dire: « Habille-toi et sois prête dans 30 minutes. Je passe te prendre et on va aller dans un endroit que tu vas adorer. »

Faites un effort. Rien ne vaut de bons soins empreints de tendresse et d’attentions, pour créer l’étincelle.

Comme à l’époque: tenez-vous par la main, ouvrez-lui la porte de la voiture, emmenez-la faire un tour juste pour le plaisir, offrez-lui des fleurs juste pour obtenir un sourire, et laissez-lui de temps en temps des petits mots par-ci par-là …toutes ces choses ne devraient jamais disparaître.

Nous devons être des enfants lorsqu’il est question d’amour. Nous devons être vulnérables et libres. Et cela ne peut se produire lorsque nous sommes préoccupés par les détails de la vie de tout le monde.

Concentrez-vous sur l’un l’autre. En fin de compte, c’est tout ce que vous avez réellement.

Appelez vos amis, regardez leurs souffrances cachées en face, tendez leur la main et demandez leur en les regardant bien dans les yeux comment ils vont et insistez!

La vie est courte et il pourrait être bien plus tard rapidement que vous ne l’imaginez déjà

Soyez reconnaissant que toutes ces personnes fassent parties de votre vie et montrez-leur à quel point elles comptent à vos yeux. Mais surtout, apprenez à lâcher votre téléphone, et à vous projeter directement sur ce qui est en face de vous.

Source: inspirée de « goodmenproject.com »

Hello les Smilers,


Je m’excuse d’avoir été absente ces derniers temps du blog, la faute à une succession de d’événements importants et à la procrastination également je l’avoue 😉

I’m back in the game!!😉 Au programme, les couleurs, la positive attitude, Paris, les photos et captures d’émotions, les voyages et surtout toutes les personnes inspirantes de mon univers 🤗 …


Tous les jours est une occasion de célébrer l’humain et Aujourd’hui, je me rend compte que cela fera 12 ans que j’ai quitté mon Afrique bien aimé pour une expatriation vers cette belle terre d’accueil qu’est la France. Et je suis tellement reconnaissante à la vie de m’avoir donné et de toujours continuer de me donner une opportunité de me redécouvrir et de m’améliorer tous les jours aux travers d’expériences de toutes sortes, aussi douloureuses qu’heureuses, aussi sages que follement pétillantes … Reconnaissante de pouvoir écrire et apprendre, aussi longtemps que se tournent les pages que constituent les chapitres de ma vie


Merci infiniment à vous tous de suivre ce blog et mes élucubrations passagères 😉 

❤️




L’autonomie financière, l’allié indéfectible de la femme… 

Hello à toutes et à tous 😊

Ca y est le primptemps approche et c’est fou mais je vous sens déjà de meilleure humeur  n’est ce pas ? 😉


J’ai été identifiée par mon amie Laeticia sur une vidéo très motivante qui m’a boosté pour le reste de la semaine ! C’est l’histoire de l’aigle déguisé en poule (The eagle disguised in chicken). Prenez une minute pour la découvrir, vous n’en serez pas déçus promis 😉

Be the Eagle
Cette vidéo insuffle cette volonté et cette rage de toujours se surpasser pour vaincre. D’aller toujours plus loin dans le dépassement des limites que l’on se pose allègrement, pour enfin oser prendre toujours plus de risques dans la poursuite de ses ambitions et rêves. 

En la regardant, elle m’a également fait pensé à quelqu’un qui occupe une place spéciale dans ma vie. Quelqu’un qui pendant longtemps s’est contenté de voir la vie et ses challenges non à la hauteur des compétences et capacités énormes qui étaient les siennes. 


Aujourd’hui l’aigle ou devrais je dire le phénix est en train de vivre une renaissance aussi spectaculaire que les majestueuses ailes qu’elle déploie. D’une façon si phénoménale que tout son entourage en reste coi. 

Nous allons parler de Christelle Fangen dans ce billet et par extension de toutes ces courageuses femmes qui ne reculent devant aucun challenge, aussi difficile soit-il. Je n’aime pas lui attribuer le titre d’amie car elle représente bien plus pour moi. J’aime à penser, même si la petite sœur est aujourd’hui plus accomplie que la grande sœur, que je dois toujours être là pour la guider sereinement quand elle en exprime le besoin. Après tout elle est la benjamine de notre groupe 😉


En abordant Christelle dans ce billet, c’est un message fort que je souhaiterais adresser à toutes les femmes : vous êtes les vraies héroïnes du monde!

Etre aujourd’hui une femme indépendante relève d’un défi permanent. Cela, très souvent revient à faire toujours plus qu’un homme, n’en déplaise à certains. 

Je n’évoque pas ici le cas de la demoiselle faible et fragile qui, noyée dans une spirale d’incapacité et d’auto-destruction, attend patiemment qu’une figure d’autorité masculine débarque enfin pour la sauver de l’inutilité de sa vie.


 Je parle bien des femmes qui n’étant pas forcément des PDG, se battent quotidiennement dans la vie pour acquérir cette indépendance financière si salutaire. 

Ces femmes peuvent être caissières, militaires, journalistes ou PDG mais elles ont en commun la volonté de se battre dans la vie et d’êtres autonomes. Je reste persuadée pour ma part, mais cela n’engage que moi bien sûr, que la liberté passe par l’autonomie financière.  

Il est primordial de s’affranchir financièrement. Ce n’est point là, une rengaine féministe mais le minimum syndical du respect que l’on se doit à soi-même. 


Dépendre d’un homme peut être salutaire uniquement si vous avez l’incommensurable chance de tomber sur cet homme bon qui n’abusera pas de l’immense pouvoir qu’il acquiert sur vous de par ce fait. Car ne nous voilons pas la face, c’est lui attribuer un pouvoir sur votre personne que de dépendre de lui pour vous acheter ne serait ce qu’une culotte!

Des hommes bien, il y en a, cela est indéniable. Mais des hommes pas biens, il y’a tout autant et quand l’amour est au plus fort, il est de notoriété publique que les cloches du paradis se font entendre. Puis la fièvre amoureuse laisse place à la routine des années qui s’enchaînent et de la lassitude qui s’installe. À ce moment là, le prince peut se défaire de son masque de prince pour révéler un parfait crapaud et la chute, de se révéler aussi cauchemardesque et funèbre que les portes de l’enfer… 


vous voila obligée de tout accepter, de tout subir, faute d’indépendance financière pour vous libérer de ce purgatoire et vous reconstruire une nouvelle vie.

L’indépendance financière est la base de tout et doit être vitale dans les enseignements que nous transmettons à nos filles.


Toutefois, être autonome financièrement n’est pas tout le temps synonyme d’épanouissement et de bien-être. Pour la grande majorité d’entre nous, cela revient à être ….constamment épuisées et au bout du rouleau!

Il s’agit ni plus ni moins ici, de porter la cape de wonderwoman et d’assurer à la fois un job prenant pour ramener un salaire, de gérer une part plus importante des tâches ménagères car monsieur a souvent beau faire le ménage, l’équation ne se résume dans le meilleur des cas à un partiel 60/40, de gérer les enfants quand il y en a et c’est une réalité, maman est souvent plus sollicitée que papa. 


Et n’oublions pas la partie que je préfère le plus, le temps pour faire du sport et avoir un corps parfait. Non, on ne saurait tolérer ce bourrelet persistant, l’accomplissement passe également par un corps désirable nom de dieu! Et pour celles qui auraient dans l’idée d’évoquer la grossesse comme excuse, sachez que cela n’en est point apparemment … 😉

Vous devrez gérer une carrière, les tracas du quotidien, avoir un corps parfait, être belle, agréable, ne surtout pas oublier d’avoir constamment la libido tout en étant aussi sexy
que Beyoncé, qui elle, à deux coachs sportifs et 3 diététiciens à sa dispo 😬 … ^^


Impossible n’est pas femme n’est ce pas ? 😉
Il semble qu’on doive surperformer sur tous les fronts! Alors messieurs quand vous avez une telle perle sous le bras, si vous n’êtes pas capables de vous rendre compte de votre chance et de rajouter de la pertinence et de la substantialité à un tel parcours, ben ma foi, je vous invite à laisser ce challenge a un autre voulez vous bien ?;-)


Mais par dessus tout, messieurs soyez plus indulgents envers nous et acceptez que nous ne puissions être parfaites. Votre femme n’a pas le corps de Beyoncé ? Est souvent fatiguée ? N’est pas sur son 31 tous les jours ? 

Qu’importe, c’est la femme qui a choisi de vous aimer et qui se bat férocement au quotidien à vos côtés pour construire ensemble un avenir aussi brillant que ses moyens lui permettent et qui mérite d’en être saluée pour cela. 


Pour en revenir à Christelle, j’ai tenu à l’évoquer car pour moi, elle représente toute cette force tranquille et ce courage impressionnant d’être à la fois femme, mère et mener une carrière de front avec tout ce que cela implique

C’est cette femme qui a lâché le confort procuré par un super job d’Analyst Crédit dans une banque de la place pour repartir de zéro en rejoignant son copain aux USA. Un pays qu’elle rejoignait enceinte, sachant pertinemment qu’elle ne pourrait travailler de suite et se résignant dans un premier temps à dépendre de son homme pour le temps que cela durait. Pour une femme ayant toujours été indépendante, cette décision fut difficile mais elle fit le pari de croire en l’amour et à son homme. Dire qu’au moment de son choix, nous ne l’avions considérée comme un peu démente serait un euphémisme…

Nous avions peur qu’elle se retrouve en terre étrangère, enceinte jusqu’au cou, sans travaille et dépendante uniquement de son homme que nous ne connaissions pas énormément à l’époque. 
La suite, au delà de nous rassurer, nous a laissé complètement sidérées! Son mari nous a démontré qu’elle eût raison de lui faire confiance en prenant soin de sa petite famille avec l’arrivée d’une petite princesse Léna, mais surtout en encourageant et soutenant fortement sa femme dans la reprise de ses études sur place. 


Et voila notre petite Christelle qui habituellement timide, douce sort les griffes et se lance, enceinte de son second enfant dans un MBA : celui de Notre Dame, l’une des meilleures universités au monde quand nous pensions de notre côté qu’elle avait trouvé son équilibre en tant que femme au foyer…

Voila cette fille qui enceinte jusqu’au cou, enchaîne les heures de cours, les RDV chez le gyneco, la gestion sa fille aînée tout en trouvant un peu de temps pour être une femme d’intérieur parfaite 😱


Et n’oublions pas le fait qu’elle s’endette énormément pour financer ses études à Notre Dame qui comme vous pouvez l’imaginer coûtent une fortune car ici il n’y ni papa ni maman à la rescousse.


Cette femme devant qui je m’incline, qui à le plus grand respect que je puisse accorder à une pair, a accouché en pleine période d’examens, mais cela ne l’arrêta en rien!

Deux gosses à gérer dont un nouveau-né, plusieurs fois réveillée en milieu de nuit et le courage de poursuivre jusqu’au …


Excusez moi de l’expression, mais si cela ne s’appelle pas avoir des couilles, je ne saurais comment le qualifier 😉

 Christelle, par ce billet je tenais à te l’exprimer franchement : tu es dans mon entourage la personne qui m’épate le plus en ce moment, mon idole 🙂


 Je ne sais ni où ni comment tu trouves cette féroce volonté de te battre ainsi pour concrétiser tes rêves mais j’en reste estomaquée et pleine d’admiration devant tant de hargne !

 Dire que je suis fière de toi ne suffirait pas à résumer pleinement mon sentiment. Tu es un modèle pour toutes les femmes et pour toutes nos filles. 

Quand on veut vraiment, on peut et rien ne saurais entraver notre marche vers la victoire et nos rêves. Aucune excuse au monde ne peut altérer une rage de vaincre. Aucun rêve n’est trop grand pour être poursuivit. Tu en est la preuve vivante!

 

On est seul maitre de son destin et le seul capitaine dans le bateau de ses efforts.

Et aujourd’hui ces efforts son en train de payer comme nous le savons toutes. 

Cela mesdames, pour celles qui veulent en prendre de la graine, n’est point dû au hasard mais à la volonté de prendre son sa vie et son destin en main
You were born to shine 

My Baby is a grown woman today and what à woman!
So Fucking proud of you 🙌❤

Hold your hands, hold tight

Hello les smilers  😊


J’ose espérer que vous allez bien et que vous croquez la vie avec autant d’ardeur que votre soif d’ouverture sur le monde et les êtres qui le peuplent.

Hier soir, affalée dans mon canapé et parcourant mon fil d’actualité, je tomba sur cette vidéo qui éveilla en moi, un torrent d’émotions tumultueuses. Je vous laisse prendre connaissance du contenu de cette vidéo ci-dessous (Hold your hands, hold tight)

https://m.youtube.com/watch?v=kE8YLs-_SR8
À ce bref stade de la lecture, je n’ai aucun doute, que je viens de perdre une partie de mes lecteurs qui n’iront pas jusqu’au bout, l’homosexualité étant un sujet sensible et tabou qui en dérange plus d’un…
Pour ceux restants, qui font preuve d’une grande ouverture d’esprit pour entendre un point de vue qui diverge des leurs, je les en remercie car cela souligne leur intelligence.


Est ce un effet paradoxe du mariage pour tous promulgué par Christiane Taubira ou la dernière sortie fracassante d’Emmanuel Macron dans un ultime sursaut de rallier un électorat conservateur? Toujours est -il que le clivage entre ceux pour ou contre n’a jamais été aussi prononcé. Certains parlent du clan d’humiliés quand d’autres se demandent qui a vraiment subit l’humiliation 


Les politiques encore une fois se tirent la couverture sur un sujet très porteur derrière lequel ils n’oublient que très aisément qu’existent des vraies personnes dont le bien-être ne devrait en aucun cas être sujet à des fins politico-stratégiques…


Il n’a point échappé à votre attention que dans la vidéo ci-dessus, ces couples d’homosexuels n’osent pas se tenir la main en public. Un geste pourtant banalement anodin pour nous autres, hétérosexuels. Faudrait-il encore en chercher la raison quand on sait que l’homosexualité est associée dans une grande majorité de cultures comme au mieux, une maladie sinon contre-nature, sale et honteux. Elle ne fut d’ailleurs retiré de la liste des maladies mentales de l’OMS que le 17 mai 1990. C’est dire à quel point être homosexuel peut être considéré comme méprisable, vile et appelant une forme de thérapie sinon un bannissement de la société.


Si je n’ai encore exprimé ma position, laissez moi le faire de manière claire et sans équivoque : je suis pour l’amour sous toutes ses formes . Là où il y a de l’amour, on sème et je prendrais toujours le parti de l’amour que se portent les êtres humains, indépendamment du sexe. J’irais plus loin encore en soulignant que les rapports sexuels entre personnes du même sexe ne me dérange nullement tant que cela les rends heureux. Qui suis je pour juger ? et au nom de quoi un autre être humain aurait-il moins de droits que moi en regard de son orientation sexuelle ? Je fais ce que je veux de ce côté là et avec qui je le souhaite sans que personne n’y ait rien à redire. En vertu de quoi moi, je devrais avoir quelque chose à redire à la sexualité des autres ?!


Toutefois, je commencerais mon argumentaire sur l’acception des homosexuels en vous choquant d’entrée de jeu.

Je reconnais que je peux me laisser aller à comprendre ces personnes qui sont contre. Je n’approuve guère! Mais je peux néanmoins comprendre comment on peut arriver à une telle position. Cela en raison du fait que je fus cette personne une fois . Il est bien connu que ce qu’on ne connaît pas, nous effraie et induit un prompt jugement de notre part. Il est également bien connu que toute création artistique part initialement d’un canevas vide. Canevas s’emplissant au fur et à mesure de la substance de son créateur.

C’est ainsi qu’aucun enfant ne vient au monde rempli de certitudes et convictions…


Non, il devient par la suite ce adulte forgé par un environnement familial, culturel et la somme d’une multitude d’expériences , l’orientant vers telle ou telle conviction. C’est indéniable que la répression de l’homosexualité n’est pas la même en Afghanistan qu’en France…

Je viens pour ma part d’un pays africain et si vous pensez qu’il perdure ici en Occident, un manque d’ouverture d’esprit quand à l’homosexualité, je vous invite à faire un tour dans certains pays africains ou du Moyen-Orient. Je viens d’une famille musulmane et d’une culture qui voit d’un mauvais œil l’homosexualité. J’ai ainsi grandit avec un sentiment de malaise vis à vis des homosexuels car tous les préceptes religieux vouait à l’enfer tous les adeptes de cette pratique. Et vous imaginez sans doute qu’une grande majorité de mon entourage pensant la même chose, je n’eus presque jamais l’opportunité de voir les choses sous un autre angle.

Cela mes amis, s’appelle de l’homophobie. Alors soyons courageux et n’ayons pas peur des mots : l’homophobie se traduit par une aversion envers les homosexuels induisant de fait une attitude de malaise, de rejet et souvent d’agression vis à vis de la personne perçue comme telle. On croirait presqu’a une rencontre avec Lucifer en personne… 


C’est tout aussi comparable au racisme et à la xénophobie. De par notre ignorance et sottise, on en vient à stigmatiser une minorité ou une communauté et à lui attribuer tous les maux de la terre. On aime pas la différence, on en a peur, elle pourrait nous contaminer n’est ce pas ?… 
Aussi pour se sentir mieux dans notre « normalité », on la condamne et la réprime. Le taux de natalité en baisse ? Les jeunes ne veulent plus se marrier? La faute aux homosexuels. La crise est au plus fort avec une récession économique et une contraction de la demande, plus de jobs ? La faute aux étrangers qui volent le travail des locaux.


Autant de raccourcis aussi fallacieux que faciles qui mettent en évidence la grotesque ignorance dans laquelle on se complaît. Par ailleurs, il est de notoriété publique que plus vite trouve t-on un coupable désigné à chaque problème, plus claire se fera la solution n’est ce pas ?^^

Mais la solution à quoi exactement ? Pour les homophobes, vous croyez qu’en rejetant les homosexuels , ils vont miraculeusement se réveiller le lendemain et être « guéris » de leur lubie passagère ? 😳

On ne choisit pas d’être hétérosexuel, ni homosexuel ou même bisexuel. On l’est et c’est tout. Aucun rejet, aucune thérapie ne pourra changer cet état de fait lié à notre moi profond. Le même cas de figure est à souligner pour les racistes. Ce n’est guère parceque les personnes de couleur vous insuportent, qu’ils disparaitront subitement de la surface de la Terre, mais cela est un autre sujet que nous aborderont une autre fois 😉

Peut être serait-il plus judicieux à un certain moment dans la vie de jouer la carte de l’intelligence ? Je dis cela l’air de rien mais ce que vous ne pouvez changer, peut être serait il plus intelligent de l’accepter ? Vous pourrez même vous surprendre à voir qu’il n’y a pas mort d’homme 😉


Pour moi, vint la lumière quand je quitta mon petit bled pour voyager dans le monde. Je rencontra aux cours de mes périples, une multitude de nouvelles personnes, me faisant grandir chaque jour un peu, élargissant toujours plus mes perspectives.
Et forte de cette remise en question et de tous les homosexuels que j’ai rencontré, qui ne sont rien d’autres que des personnes aussi belles et tout ce qu’il y a de plus normales que vous et moi, je me suis posée la question à un million de dollar : en quoi fondamentalement, l’homosexualité fut jamais un problème pour moi ?
En quoi la vie sexuelle des autres devenait-elle mon problème ?

Prenons deux secondes et décortiquons ensemble si vous le voulez bien, tous les arguments qui abondaient dans ce sens à l’époque.
1/ »L’homosexualité me dérange car on m’a appris que c’était contre nature »

Ce qui est contre-nature c’est la haine mes amis. Tous nos préceptes religieux prônent l’amour, le pardon, l’acception et non la haine. Il serait temps de se décider ne pensez vous pas ? Cela ne peut qu’être l’un ou l’autre mais pas les deux à la fois…Autrement rien ne nous différencie plus de l’Etat islamique et son intolérante barbarie.


 Qu’est ce que personnellement, ça vous fait à vous hétéros qu’ils ou elles soient ensemble si cela est contre-nature ? Il me semble, jusqu’à preuve du contraire, qu’ils ne vous forcent en aucun cas à participer à cette contre-naturalité, si ?

Et qu’il est facile de parler de contre-naturalité pour définir deux personnes qui ne font rien d’autre de mal que de s’aimer. Parcontre tous ces couples hétéro dans lesquels l’une des parties est battue, maltraitée et malheureuse, cela vous paraît naturel ?

2/ « Un enfant à besoin d’un père et d’une mère pour être heureux »

Je dois personnellement avouer que de tous les arguments évoqués, celui ci est mon préféré tant on peut presqu’en sentir la bêtise congénitalement vibrante qui s’y rattache.

Faux et archifaux à mon sens. Un enfant à besoin d’amour pour bien grandir et être heureux. Ni plus ni moins. Tous ces enfants nés de couples hétérosexuels qui sont battus, délaissés, négligés, abandonnés de leurs parents, vous en faites quoi ??


Toutes ces histoires d’incestes et de parents qui violent leurs propres enfants n’arrivent quasiment que dans des familles heteros me semble t-il non  ? Je suis presque certaine que ces enfants auraient préféré grandir au sein d’un couple homosexuel aimant plutôt que subir un tel sort…

Ne parlons même pas de ces parents d’homosexuels qui utilisent cet argument tout en rejetant leur progéniture. Tient d’un coup , un enfant n’a plus besoin de ses deux parents quand tu jette à la rue le tiens pour n’être pas un criminel, un pédophile, un violeur mais juste un homosexuel


L’ignorance et la sottise même s’ils sont tristes ne sont nullement des états de faits permanents. Le fanatisme qui veut que l’on reste fermement encré sur ses positions sans raisonnement logique en appuie est bien pire. Si vous êtes ignorant, ceci est un appel à vous soignez par l’ouverture d’esprit. Si vous êtes un fanatique que rien ne délogera de sa sottise, j’espère que le miracle arrivera d’une manière ou d’une autre pour vous. 

Pour ma part je boucle sur cette pensée qui m’est propre : Dieu est amour, pardon et perfection. Aussi, il me semble inconcevable que cette majestueuse entité se soit jamais trompée sur aucune de ses créations. Seul le regard de l’humain peut s’évertuer à les enlaidir.


J’encourage tous les homosexuels à s’aimer et à semer encore plus d’amour dans ce monde. À se tenir la main par dessus tout, à vivre avec la seule pensée d’être vrais vis à vis d’eux mêmes. Et à tout simplement trouver le bonheur.

Quel touchant retour…Merci à Lesly et Katia de me voir ainsi ❤

Hello hello à tous 😊

J’espère que vous sentez l’euphorie du week-end approchant s’accaparer graduellement de vous. Je peux vous assurer que pour moi, c’est le cas;) 💃🏿


J’ai entamé ce blog, initialement comme une thérapie personnelle. Une thérapie qui me permettait de regarder mon histoire et d’y déverser toutes mes émotions. Une thérapie me permettant également de me rendre compte de la chance incommensurable qui est la mienne d’avoir rencontré autant de belles personnes dans la vie et qui n’ont cessé de me faire grandir en m’enseignant maintes choses positives. Des choses sur leur façon de se voir, d’apprehender le monde et sur moi même par conséquent. Je suis plus que reconnaissante à la vie pour cela, d’où cette frénésie  qu’est la mienne de raconter chaque belle rencontre sur ce blog mais aussi d’aborder des faits de société sur lequels j’aime à donner mon humble avis.

Je n’imaginais que se faisant, des amies en retour seraient inspirées d’en faire de même vis à vis de moi.

Deux amies très chères ont tenu à m’exprimer au travers de leurs écrits, leurs sentiments à mon égard et dire que j’en suis touchée serait un eupheumisme 🙂

Aussi je le pose ici,  sur ce blog qui fait de plus en plus figure de mon testament LOL

La première est de ma meilleure amie Lesly, ma petite bouffée d’oxygène 

A toi Koumba, à vous lecteurs,

Je n’ai pas eu le don de la plume et à travers mes écrits il m’est souvent difficile d’exprimer mes sentiments ou un évènement. Alors grand bond en avant pour écrire ces quelques lignes pour KOUMBA.

Depuis quelques années, j’ai la chance de voir une femme grandir et s’accomplir en la personne de Koumba.

Cette fille emplit de démons, avec une volonté fracassante de toujours oublier, avancer, foncer, lutter pour ne jamais se reposer. Cette image de Koumba nous l’avons toutes en tête et nous avons surtout en mémoire nos fous rires interminables avec elle, nos discussions sexuelles qui peuvent durer des siècles, alors que nous ne parlons que d’un bref va et vient…;-)

Nous connaissons aussi Koumba par sa facilité à toujours lier d’amitié, je n’ai jamais vu une fille avec un tel réseau, rarement disponible ou alors il faut réserver (et être à l’heure surtout !) au moins une semaine à l’avance.

Et, il y a aussi le côté un peu plus sombre de Koumba, ou utilisons plutôt le terme de face cachée. Koumba est cet enfant, dernière sa famille, qui a connu les tensions de la guerre avec son lot de ravages, ces images à effacer et puis cette faim à ne jamais oublier pour survivre et/ou continuer à se sentir vivre.

Elle s’est adressée au monde pour la sauver et grâce à Serge, son père adoptif, son cri a été entendu. Mais voilà, Koumba c’est cette fille qui a connu tout ça et qui d’un coup tente tous les jours de grandir, de devenir cette femme si bien éduquée, si cultivée qu’on en oublie son histoire ou que tout simplement l’on ne connaît pas.

 Je ne vais pas tout dévoiler parce que c’est une histoire qui lui appartient.

Pour en revenir à cette ambiguïté, imaginez avoir toujours été riche et devenez du jour au lendemain le premier demandeur des resto du cœur ! c’est un choc et une perpétuelle réflexion. En réalité Koumba a eu droit à une nouvelle naissance sans vouloir, parfois pouvoir, oublier son passé.

 Sa volonté de toujours rechercher la vie, ce besoin de ne manquer de rien et d’affirmer avec sincérité et force sa survie, je trouve cela remarquable ! Au point où, j’envie cette femme qui a eu la force, la raison de ne pas s’apitoyer et lutter, les poings saignants, les larmes amères mais la rage de vaincre.

 J’ai voulu mettre cette vérité au grand jour pour deux raisons :

 1) Ton blog a été réalisé pour te permettre de faire ta propre thérapie et à travers tes rencontres ou tes expériences. Or, je me suis rendue compte que tu ne remarquais même pas les nombreuses vies que tu as eu et les victoires accomplies ou alors tu ne savais pas encore les exprimer de manière positive.

 2) Tu m’as dit une chose qui pendant 48 h m’a fait réfléchir… tu m’as dit « j’ai arrêté de me prendre  la tête pour le cadeau des autres, puisque moi je ne reçoit jamais rien… » 

Penses-tu l’amie en moi c’est remise en question… Impossible de me souvenir des cadeaux que je t’ai offert pour ton anniversaire… impossible de me souvenir du cadeau de noël… impossible impossible et impossible ! Offusquée, giflée dans ma fierté, comment t’aurais-je tant négligé… Pourquoi… ?!

 La vérité est qu’outre le sang antillais qui fait que c’est le dernier moment J, je n’ai jamais trouvé de présent suffisant et je crois que j’ai toujours voulu t’offrir, ce qu’à mon sens tu n’avais pas eu, c’est-à-dire, la paix intérieure .

 Loin de ta famille, de ton histoire, des grandes difficultés de la vie que tu as eu, la seule chose que tu n’as pas, c’est la paix intérieure . Alors pour être honnête je ne sais pas comment on offre la paix, où on la trouve ; mais en m’accordant l’opportunité de mélanger mon sang au tien, mes joies aux tiennes et mes larmes aux battements de ton cœur, je crois vouloir nouer un lien si fort, un amour si grand qu’il te procurera la paix.

Bien sûr ça ne change en rien tes remarques et tu sais que je vais m’y atteler très rapidement ; mais voilà je voulais aussi que dans ta thérapie tu puisses me lire, comprendre comment ta rencontre à influer sur ma perception de la vie.

 Quand je te dis je t’aime, ce n’est pas uniquement sur l’instant mais bien le rappel de ma promesse de te protéger jusqu’à ce que la mort nous sépare, de toujours faire en sorte que rien ne nous détourne, et d’avoir la certitude que nos enfants seront frères et sœurs (bon si ton fils est le plus beau gosse, bien sûr on arrive le mariage !).

 Alors, pour conclure je vais citer Lamartine connue grâce à mon Grand-Père :

 « Le livre de la vie est le livre suprême. Qu’on ne peut ni fermer ni ouvrir à son choix. Le passage attachant ne s’y lit pas deux fois. Et le feuillet fatal se tourne de lui-même. On voudrait revenir à la page où l’on aime. Mais la page où l’on meurt est déjà sous nos doigts. »

 Vis encore et encore pour nous ! Je vais te couvrir de cadeau d’amour et de chair !

 Je t’aime ma koukou d’amour !

 

Que répondre de plus à cela si c’est n’est que je t’en veux terriblement de me faire chialer d’aussi bonne heure 😉

Je t’aime encore plus ma Lyly d’amour ❤ 

La seconde est de ma très chère amie russe Katia dont je vous raconterais notre histoire prochainement dans un billet et qui est aujourd’hui un soutient indéfectible dans ma vie ❤

Coucou ma belle

Ton blog m’a inspiré beaucoup! Tu parles des gens qui t’ont inspiré dans la vie. Je me suis permis faire pareil …

 Mon amie, c’est exactement par ce mot que je veux commencer ma lettre…

Je me rappelle notre première rencontre : beaucoup de bruit, beaucoup de visages inconnus. Dans tout ça je ne t’ai pas vu… C’est une énigme : je croyais une amie celle qui m’a trahi après, et je n’ai pas pu voir qu’une fille formidable était juste à côté. Je me dis souvent que je pouvais te protéger à un moment, mais je ne l’ai pas fait et je me sens mal pour ça. J’ai décidé de protéger une mauvaise personne, mais je la croyais amie… Je me suis trompée et je te demande pardon… Je suis désolée de ne pas être à côté quand t’en avais besoin ! Je pourrai tout donner pour revenir en arrière et tout refaire…

  Toutes ces rares soirées qu’on a passé ensemble en discutant – c’était une découverte de ta personnalité, ton âme et ta gentillesse. Je suis très reconnaissante que tu m’as accueilli même après un an de silence de ma part. A côté de toi je n’ai pas besoin de jouer un rôle, avec ton lumière intérieur tu offres aux gens ce cadeaux d’être eux-mêmes. C’est très important pour moi car à vrai dire, j’ai du mal à m’ouvrir et rarement je laisse les gens me découvrir (c’est problématique, mais c’est mon côté nordique, rien à faireJ)

Tu as gagné mon confiance et mon amour, ma petite Koumba. Je suis là pour toi quand tu en as besoin crois-moi ! Si tu as envie de parler, sortir ou tout simplement rien faire – tu n’as qu’à me direJ) Je veux que tu sois heureuse, tu le mérites comme personne ! Et si je peux t’aider à l’être c’est un honneur pour moi.  

J’ai tellement de mots dans la tête, mais ils sont tous en russe et je n’arrive pas à composer les phrases en français ce soir… J’espère que j’ai quand même réussi cette lettre et à dire l’essentiel.

Mon amie, avec ce mot j’ai commencé ma lettre et par ce mot je veux la terminer… Mais la lettre seulement, pas notre histoire d’amitié. …

 Я тебя люблю, мой друг!

Katia 

 

Ma Katia, j’en suis mille fois touchée et je partage mot pour mot tes sentiments et c’est un honneur pour moi de mériter ta confiance et ton amour.

J’ai demandé à Google traduction de m’aider à te dire en russe que je t’aime, j’espère qu’il ne s’est pas trompé 😉

 Я люблю свою Катю